Pourquoi le veganisme copie ?

31/10/2019
par Tristan Balozian

Lait de soja, poulet végétal, camemvert, ou encore joie gras, voici de nouveaux mots, que vous avez forcément vus, ou lus. Ces termes apparus avec l’explosion du veganisme montrent que ce dernier utilise abondamment le registre sémantique du mode de consommation actuel. 

On me pose souvent la question : « Mais pourquoi les vegan essaient de copier le mode de consommation actuel ? ». 

La question est très juste. 

Pourquoi un mode de consommation alternatif, issu du végétal, s’emploie à utiliser un registre d’un univers auquel il s’oppose ?

Et bien tout d’abord parce que la nature a horreur du vide. En d’autres termes la capacité de l’être humain au changement se mesure à son appétence à aller, ou pas, vers un territoire inconnu…

Mais pour quelques rares aventuriers, héros, pionniers, combien d’individus n’osent pas avancer sans savoir, sans connaître, par peur de l’inconnu.

C’est, à mon sens, la raison pour laquelle le véganisme s’est appliqué (à juste titre) à utiliser ce registre de mots, d‘expressions, de référents dans l’esprit collectif. Un hamburger évoque des images, des goûts, un yaourt également, sans parler de notre sacro-saint fromage. 

Comment convaincre le plus grand nombre d’essayer (et d’adopter tant qu’à faire)  un nouvel aliment, un nouveau goût ? La réponse est simple : le persuader qu’il va retrouver en grande partie ce qu’il connaît déjà, mais sous une autre forme, tout simplement.

Ca s’appelle gérer une phase de transition, nécessaire : celle de la découverte progressive de nouveaux goûts, de nouvelles textures.

Car même si le clonage de cellules animales, le permettra (peut-être), le végétal au final n’arrivera que très rarement à reproduire l’animal. 

Et c’est tant mieux ! 

Quoi de plus excitant que la perspective de découvrir de nouveaux goûts, de nouvelles textures de nouvelles saveurs, des ingrédients oubliés, méconnus ou dont on n’avait simplement pas cerné le potentiel. Car en matière de goût également il va falloir savoir aller de l’avant et en découvrir de nouveaux.

Et quel challenge incroyable pour tous ces mini laboratoires qu’ils soient culinaires, vestimentaires ou encore cosmétiques de chercher des alternatives avec ce que la nature nous met à disposition.

Certes le veganisme est un bébé si on le compare à notre mode de consommation actuel et ses millénaires d’expérimentations, de tests, de perfectionnements. Mais il y a fort à parier que ce bébé, plutôt très doué, sera rapidement en capacité d’utiliser ses propres mots pour grandir et contribuer à un futur dont nous serons fiers. 

Et vous que répondriez-vous à cette question « Mais pourquoi le veganisme essaie de copier le mode de consommation actuel ? »

 

Olivier Dufit
Co-fondateur de vegan-place.com

Commentaires

Aucun post trouvé

Ajouter un avis

A propos du blog A propos du blog

Newsletter Newsletter